Corrida de Thiais (France) le 21 Décembre 2008

10ème édition de la Corrida de Thiais

Logo

Mon dernier challenge 2008: Participer à ma première corrida le 21 Décembre 2008. Mon troisième 10K.
Début de l’entrainement le lundi 14 Décembre 2008.
Objectif: Voir si des progrès ont été réalisés sur la course de 10 km en un an.

Dimanche 21 Décembre 2008 – Thiais

Belle journée, 10°C de prévu ce matin. J’arrive au Palais Omnisport de Thiais à 9h30. Tant bien que mal, je trouve une place pour me garer.
Beaucoup de monde en tenue autour de la ligne de départ. Direction le hall d’entrée pour récupérer le tee-shirt de cette 10 ème édition. Puis dépôt des affaires à la consigne et pause-pipi.

Affiche

Bien, une fois les formalités accomplies, je vais m’échauffer. Super, à l’extérieur, une animatrice s’occupe de cette tâche avec conviction. Je rejoins le groupe. Cela m’évitera de le faire toute seule.
9h50- J’ai un coup de barre, une sorte de vertige. Heureusement sur le stand de Décathlon, un jeune homme me fait goûter aux différents gels et autres boissons énergétiques. Ouf, je me sens un peu mieux.
9h55- Je me rends dans le sas de départ. Mon cardio affiche déjà 145. Tiens, qui vois-je? Manu, mon prof de tir à l’arc de 2006.
10h00- Top départ, nous piétinons pendant quelques minutes avant de nous élancer vers l’arche de départ. J’enclenche mon chrono. Il faut slalomer entre les coureurs.C’est assez pénible.
Km 1- Je jette un coup d’oeil sur ma montre: HORREUR !!! Je suis largement loin de mes ambitions. J’essaie d’accélérer un peu mais j’ai peur de manquer d’energie car mon cardio s’affole à plus de 180. Je préfère faire un mauvais chrono mais arriver vivante.
Km 3- Je ne comprends pas ce qui se passe, j’ai mal à la cheville et à chaque foulée, je sens mon tibia vibrer. Misère.
Km 4- 20’40- C’est raté pour mon record. Le parcours est très sinueux, nous courons dans des ruelles et avec de nombreux faux plats. Je me calque sur les pas de trois coureurs de Nandy. Je sens bien qu’ils sont un peu lents mais je persiste à les suivre. C’est une erreur, je le verrai par la suite.
Km 5- Ravitaillement. Cette fois-ci, je bois tout mon gobelet et je le jette consciencieusement dans la poubelle, je profite de cette petite pause popur mâcher une barre de céréales. C’est un peu sec dans la bouche et j’ai du à saliver en courant. J’ai tout ingurgité au bout de 400 mètres.

Au stade

Km 6- Une côte interminable s’offre à nos quadriceps, j’ai commencé à accélérer pour essayer de rattraper le temps que j’ai perdu dans la première partie. En vain. Rien ne sert de courir…
Km 7- Ma douleur de la cheville droite disparaît enfin. J’ai retrouvé Manu. Je m’accroche à sa foulée.
Km 9- Je décroche et je le dépasse. Il m’encourage. J’accélère sans difficulté. Je sens que j’ai encore beaucoup de réserve dans les jambes. Mais trop tard. Mon sprint dans le dernier 100 le prouve.
Conclusion: J’ai compris plusieurs choses lors de cette course: toujours bien se préparer avant, se fier à ses sensations mais surtout ne pas avoir peur de se surpasser.
Maintenant, après une semaine de récupération, j’aborde ma prépa Foulées Charentonnaises pour atteindre l’objectif final: le Marathon de Paris le 5 avril 2009.

Résultats: Durée=00:56:19,81′, Distance 10,11km, Fréquence card moy 182, Fréquence card max 188, Vitesse moy 10,8km/h, Vitesse max 15,4km/h 1177/1471 – 74/145 V1F

Prochaine course: Foulées Charentonnaises le 1er Février 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *