Courir à Montreuil (France) le 28 Juin 2009

4ème édition de Courir pour le Plaisir à Montreuil

Dimanche 28 juin 2009 au Parc de Montreau

Je remplace ma course longue par une course de 7km. Cette course fait partie de mon entrainement pour le Marathon de Berlin.

Je me sens bien ce matin, je me rends tôt au parc pour pouvoir m’échauffer un peu.
Il fait déjà chaud, je verrai si je garde mes lunettes de soleil. Je récupère mon dossard, je bois un coup et je vais aux toilettes.

Récupération du dossard

Je trottine dans les allées mi-ombragées du Parc Montreau et tout d’un coup, que vois-je? Une côte sinueuse s’offre à mes guibolles interloquées. Un bénévole confirme mes doutes: cette côte fait bien partie du parcours et en plus à deux reprises.
Cette nouvelle m’accable, je ne me sens pas capable d’affronter deux fois cette côte.

Je cesse mon trottinement et je reviens à mon point de départ pour cogiter sur ma stratégie de course. Je discute avec d’autres coureurs qui eux, ont déjà affronté cette montée. Apparement, il faut y aller doucement et si après la deuxième côte, les jambes ont encore du répondant, alors c’est bon. Cette fois-ci je décide de suivre les conseils sûrement avisés des plus aguéris.

Finisher

Top départ, la foule (nous sommes 70) s’élance en chœur et surtout en vitesse. Je décide de ne pas les suivre, je dois être capable de courir jusqu’au bout sans fléchir.

Le parcours se déroule en deux boucles (j’ai horreur de cela, c’est comme tourner en rond, ça me rend maboule) avec deux fois la montée d’au moins 20%: Mortelle !!! J’essaie de garder mes forces pour cette pente et ralentir lors des descentes également abruptes.

Kilo 5 ( du moins je pense), les grosses difficultés sont passées mais je n’en peux plus, je marche un peu. Je dois repartir, je dois repartir… Je repars mais c’est difficile avec cette chaleur. Le dernier kilomètre est une torture, je scrute avec impatience l’arche d’arrivée. Elle est là, je n’ai pas la force d’accélérer.

Arrivée

Ca y est, j’y suis. Je n’en peux plus.

Plus jamais ça. Je récupère ma médaille et ma pochette-cadeau après avoir répondu quelques mots à Benoit. Je me précipite vers le stand de ravitaillement, je suis complètement desséchée.
Les dattes et des biscuits sont les bienvenus.

Je demande à un coureur de me prendre en photo, ce qu’il accepte volontiers. Puis un autre se rapproche de nous et demande si je ne suis pas passée à la télé. Un autre dit même m’avoir vue à la course du Château de Vincennes! Quel mémoire! Moi, je serai incapable de reconnaître qui que ce soit. Je réponds que oui et nous voilà partis pour une discussion sur le marathon. Mes deux interlocuteurs sont sympas, c’est l’intérêt que je trouve dans les courses à taille humaine: la communication et la découverte de l’autre. C’est beaucoup plus facile d’y engager la conversation.

Médaille

Distribution des médailles. Je ne suis que 5ème dans ma catégorie ( sur 7: hi, hi, hi!!!) mais je sens que Benoit a envie de faire plaisir à tout le monde.
En effet, les quatrièmes ont droit à un petit cadeau, et comme celle qui m’a précédée est rentrée chez elle, j’en profite et je rentre chez moi avec une belle photo, un sac à dos, un trophée et un livre. Chouette, j’ai bien rempli ma journée.

Je repars vers 13h15 en me promettant de revenir l’année prochaine après un bon entraînement en côtes.

Résultat: Dist tot=7km Temps tot=39:54 Allure moy=5:42/km Vit.moy=10,53km/h Vit.max=12,2km/h FC moy=182 FC max=190
49 / 70 et 5/7 en V1F

Prochaine course les Foulées estivales d’ASEL à Torcy le 2 Août 2009 à Torcy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *