Marathon des Temples d’Angkor (Cambodge) le 20 Janvier 2018

J9 – Samedi 20 janvier 2018 – Jour du Marathon

Tenue de courseHeureusement que nous nous sommes endormis rapidement hier soir à 19h car à part quelques réveils nocturnes pour vérifier l’alarme, la nuit a été plutôt bonne.

3h00- La salle du restaurant est ouverte afin de permettre aux coureurs de manger avant de prendre le car qui les emmènent à la zone de départ. Nous partons par vague, les coureurs du 124 sont partis hier soir, ceux du 64 km et nous, marathoniens déjeunons.

En préparation de l’effort à fournir dans quelques heures, au buffet petit-déjeuner,  je me contente d’un grand bol de riz au poulet cambodgien, de deux toasts tartinés au miel, d’un café et d’un thé. Tout est très bon.

4h00- Départ de l’hôtel en minibus des participants au 42 et 64 km vers la Terrasse des Éléphants sur le site d’Angkor.

Il fait nuit. Après avoir assisté au départ des participants au 64 kilomètres, nous reprenons un autre véhicule qui achemine les marathoniens vers la ligne de départ, un peu plus loin, dans un village . Dans le car, tout le monde est concentré,  silencieux sauf ma voisine et moi.

Zone de départ du 64 kmNous papotons jusqu’à l’arrivée au milieu de nulle part,  sur une route de campagne, dans le noir. Nous ne savons pas quoi faire, nous attendons juste le top départ
6h00- Top. Dans la pénombre qui se dissipe peu à peu, nous nous élançons progressivement pour atteindre notre vitesse de croisière.
Pendant les 10 premiers kilomètres, je reste en compagnie de Calou et de sa femme jusqu’à la montée des 500 marches suivie d’une descente tout aussi vertigineuse. Je me sens bien, je branche mes écouteurs et je me laisse emporter par mes foulées et je les perds de vue à ce moment.

Fillettes croisées en route

Nous traversons des routes barrées lors de notre passage par des policiers, des forêts, des villages où les enfants nous tapent dans les mains, des rizières où nous restons en équilibre sur les diguettes,  nous longeons les murs des temples et j’ai même croisé sur un petit chemin un éléphant et son cornac ( si, si, j’ai la vidéo).
La température est passée de 24° au lever du jour à 34° à la fin de la course. Je me suis accrochée à ma bouteille d’eau pour tenir jusqu’au prochain ravitaillement.

Ravitaillement cambodgien

J’ai aussi beaucoup marché,  quand mes pulsations augmentaient et quand l’eau fraîche de ma bouteille devenue tiède ne me refroidissait plus. Je ne repartais que sur les parties ombragées.
200 mètres avant l’arrivée,  mon mari m’interpelle,  il m’attendait patiemment comme à chaque course et m’a prise en photo. Je ne l’avais même pas vu tellement j’avais hâte d’arriver.
Je passe la ligne tout en sourire,  je récupère ma médaille et je bois une bonne…bière.

Le ravitaillement final est composé de soupe et de riz à la cambodgienne. Le tout dans la bonne humeur et sous un grand soleil.

Dossard et médailleRésultats: 05:23:15, 36 /102 coureurs, 10/28 femmes

Après nous (membres du groupe) être tous congratulés, nous rentrons tranquillement à notre hôtel en tuk tuk.
Une bonne douche bien chaude et une mini sieste plus tard, direction Old Market pour le shopping. Le nombre de boutiques est impressionnant.

D’un côté,  les vêtements et les produits alimentaires,  de l’autre, une succession de bar et de restaurants.
Notre journée a été bien remplie, nous retrouvons avec plaisir notre grande chambre.

Suite de notre séjour ici…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *