Plus qu’une seule béquille

Vendredi 19 mars 2021 Fin de la deuxième semaine de rééducation

En route vers la réparation.

C’est étrange, ma blessure m’a donné un nouvel objectif à atteindre: celui de ma guérison. Depuis mon dernier marathon couru en Écosse en octobre 2020, à cause de la COVID-19, toutes les courses auxquelles je voulais participer ont toutes été annulées ou reportées et je me suis retrouvée sans but, presque dépressive.

D’autre part, j’avais atteint tous mes objectifs sportifs, j’ai parcouru les cinq continents et courir me semblait plus une obligation qu’un réel plaisir. Je me forçais parfois à m’entraîner consciencieusement tout en suivant un plan assez rigide.

Un véhicule VSL (Véhicule sanitaire léger) vient me chercher environ 20 à 30 minutes avant chaque séance. Je suis heureuse de me rendre au Centre de rééducation. Je discute avec les ambulanciers qui sont toujours sympathiques avec leurs patients, ils savent que ceux-ci sont un peu stressés. Seul moment désagréable : il faut faire un test covid toutes les semaines, dans le protocole de la clinique.

Néanmoins, je voulais vraiment achever ce dernier trail en Patagonie avant de passer à autre chose. Il était programmé en avril 2020, reporté en 2021 à cause du confinement, finalement j’espère que 2022 me portera chance et que je pourrai y participer.

Diathermie

Lors de ma dernière consultation chez le chirurgien, le 05 mars, ce dernier m’a autorisé la mise en charge de 20 % de mon poids sur ma jambe gauche. Et c’est tout. Comme les kinés du centre sont intrigués, je me suis permise de le rappeler. Et étonnamment, il semblait être ravi que je sois prise en charge dans un centre de réadaptation et m’a autorisé, vu mon faible poids et ma condition antérieure de sportive, un appui progressif mais prudent.

Je monte et descends petit à petit les escaliers,  avec les deux béquilles puis avec une seule en m’appuyant sur la rampe. Mes séances me donnent un petit peu plus d’espoir.

Certaines sont assimilables à la torture, je n’ai pas d’autre choix que de supporter la séance car je suis là pour évoluer donc pour souffrir forcément. No pain no gain ! Il faut libérer toutes les adhérences qui se sont constituées lors de l’immobilisation.

J’ai une vie d’avant  et je dois accepter celle que j’ai maintenant. 

J’alterne ventouses, électrostimulation, vélo, ballon, diathermie (Winback), massages, manipulation.. pas le temps de m’ennuyer.

Je suis ravie de mes séances de rééducation.  Les kinés qui s’occupent de nous sont très attentifs  à nos sensations  et ne nous brusquent jamais.  Je retrouve progressivement les sensations de mes appuis, le genou est encore tétanisé,  la confiance n’est pas totale, j’ai peur qu’il flanche.  Les exercices s’enchaînent et ne se ressemblent pas.  Tous les muscles sont sollicités et j’y mets toute mon énergie afin d’atteindre le plus rapidement mon but. 

Plus qu’une seule béquille!

Les autres patients ont des pathologies et des âges variables. Nous côtoyons des personnages atteintes d’AVC, accidentés du sport ou de la route comme moi. Je ne tente pas de communiquer car je n’ai pas envie de raconter mon accident,  le souvenir est encore trop frais et surtout douloureux pour moi. Je fonds encore en larmes à chaque fois que j’en évoque les circonstances.  Il faut réapprendre à marcher, à poser un pied devant l’autre,  à s’asseoir.  Tous les gestes de la vie quotidienne sont devenus un combat, pour les accomplir, il faut activer le cerveau et faire venir l’information vers les muscles. Tout prend un temps fou. Ramasser un papier par terre, monter les escaliers,  se laver. 

En une fraction de seconde,  ma vie a basculé ainsi que celle de mon mari. Il a fallu accepter de dépendre de lui, surtout au début. Maintenant,  j’essaie de ne pas prendre l’habitude de le solliciter à chaque fois pour des broutilles.  

Exercice du jour:  bien travailler les quadriceps pour bloquer le genou en hyperextension lors de la marche et mettre un peu plus de poids sur la jambe blessée. 

Objectif du week-end : n’utiliser qu’une béquille à  partir de ce jour et avoir confiance en ma jambe gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *