Semi-marathon de Marvejols-Mende (France) le 22 Juillet 2012

Affiche de la course

Mon quatrième Semi Marathon.

Préparation du 4 Juin au 22 Juillet 2012. Début de l’entraînement le lundi 4 juin 2012: 4 séances par semaines sur 7 semaines.

Objectif: Participer avec joie à cette course légendaire qui est
à faire au moins une fois dans sa vie.

Logo

40ème édition – Dimanche 22 Juillet 2012

Franchement, si on m’avait dit que j’allais conduire à l’aube et cela pendant 2h, j’aurais hésité à entreprendre cette aventure.

Eh pourtant si: lever à 4h du matin avec une nuit bien courte. Je traverse l’Ardèche puis le Gard et enfin la Lozère au travers de routes sinueuses et très escarpées.

Entrée de la ville

Seul mon désir de participer à cette course m’empêche de rebrousser chemin. Comme quoi, avec de la motivation, rien n’est impossible.
Heureusement pour moi, le soleil commence à poindre son nez. Une demi-heure avant d’atteindre Mende, je repère puis prends un auto-stoppeur sur le bas-côté. 
J’ai reconnu le coureur à sa tenue de sport et je suis bien contente d’avoir un peu de compagnie. Lui aussi est content de n’avoir pas attendu trop longtemps. Tout au long du chemin, nous parlons…de course à pied.

Profil de la course

Nous arrivons enfin à Mende. 13° C à l’ombre. Mon compagnon de route connaît heureusement la ville et nous trouvons facilement une place de parking.

Récupération du dossard

Nous prenons ensuite un car qui emmènent tous les coureurs vers le départ à Marvejols. Une foule bigarrée arpente les rues fraîches de la préfecture de Lozère.

Nos pieds
Départ

Quelques groupes déguisés s’échauffent dans le stade tandis que certains comme moi (après avoir récupéré facilement mon dossard) se réchauffent dans la salle de sport.

Départ

Trente minutes avant le départ, je dépose mes affaires dans les cars qui les achemineront vers le point d’arrivée et je m’élance à mon tour pour une séance d’échauffement.
Heureusement que ma petite taille me permet de me faufiler à travers les coureurs vers la zone de départ.

Sur la route

Cette course n’est pas de tout repos. Autant les côtes m’amusent, autant les descentes me semblent insurmontables. En effet, je me suis bien entraînée pour monter mais ensuite j’ai l’impression de m’empêtrer dans mes runnings. J’ai peur de tomber, je freine et je me fais dépasser par de nombreux coureurs plus expérimentés. J’aurais aimé être une balle qui roule.

Sur la route

Au rond point où se dresse la bête du Gevaudan, je sais que la fin approche. Encore un faux plat montant puis pendant les 300 derniers mètres, c’est la foule de plus en plus dense. Identique à une arrivée du Tour de France. Le chemin est très étroit, nous avançons à la queue leu leu. Les spectateurs peuvent nous toucher.

Sur la route

Puis c’est enfin la libération, je franchis avec plaisir l’arche d’arrivée, mon pouls redescend très lentement. Le soleil est toujours présent, la vie est belle.

Médaille

Résultat Garmin: Dist tot= 22,4 km Temps tot= 2h 14mn 53s Allure moy=5:59/km Vit.moy=10km/h Vit.max=13.4km/h FC moy=164 FC max=184

Résultat: 2h14mn53.95s soit 9,3km/h , 2123/3856 participants, 272/810F et 83/ 308V1F

Prochaine course la Parisienne le 9 Septembre 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *